Archives quotidiennes :

Sauvés !

GEORGES : croisé labrador mâle né en janvier 2011 ,noir et blanc

GEORGES : croisé labrador mâle né en janvier 2011 ,noir et blanc

En lisant dans les médias l’histoire de ce labrador, laissé seul dans son chenil depuis des semaines et, heureusement, nourri et abreuvé par les voisins, les amis des animaux se sont émus et les « Il faut que… », « Y’a qu’à… » sont allés de bon train ! Malheureusement, la réalité n’est pas si facile et, pas plus la SPA Canche-Authie que les forces de police n’ont le droit de pénétrer dans une propriété privée ! Nous ne pouvons pas faire n’importe quoi, ni risquer la fermeture du refuge parce que nous n’avons pas respecté la loi que « nul n’est censé ignorer »… la seule chose que nous pouvons faire (et qui a été faite), c’est de pousser les pouvoirs publics (en l’occurrence le Procureur de la République) à accélérer la procédure. Bref… tout est bien qui finit bien, puisque le labrador noir, qui s’appelle GEORGES, qui a 7 ans, est maintenant au refuge de Saint-Aubin. Il est en bonne santé, heureux de ne plus être seul, heureux d’avoir des promenades, des amis, des soins… heureux d’être dans un refuge, ce qui est un comble ! Dans la même veine, nous avons aussi récupéré LARKO, magnifique berger allemand de 3 ans qui, lui, était resté enfermé dans une cave, sans boire ni manger. A son arrivée au refuge de Saint-Aubin, il ne pesait plus que 23 kgs et sa masse musculaire avait considérablement fondu. LARKO ne sera pas rendu à sa propriétaire et nous attendons l’autorisation de le faire adopter. GEORGES, lui, est adoptable tout de suite, et nous lui souhaitons une bonne famille qui lui fera oublier toutes ses heures de solitude et d’abandon. Il vous attend, au refuge de Saint-Aubin, RD 143, 62170 à Saint-Aubin. Ouvert au public, du lundi au samedi, de 14 h à 18 h. fermé les dimanches et jours fériés. Tél : 03 21 09 10 44 (vous pouvez laisser votre message). Je terminerai en remerciant « les voisins » de GEORGES et de LARKO, car, sans eux, sans leur intervention et leur détermination, ces deux chiens s’éteindraient à petit feu dans l’ignorance et l’indifférence générales.

Colette Verstraete