Archives quotidiennes :

Etat des lieux (suite)

chatons1En poursuivant notre état des lieux, au refuge de Saint-Aubin, je voudrais saluer le dévouement sans borne des bénévoles : ceux qui sortent les chiens et veillent à leur bien-être ; ceux qui caressent, brossent et réconfortent les chats ; nos «écolos », qui collectent vos emballages pour les faire recycler (dosettes TASSIMO – Gourdes POM’POTES – flacons FEBREZE – bouteilles plastiques transparentes) ; les enquêteurs, qui font le suivi des adoptions et des plaintes de maltraitance (quand elles sont accompagnées de noms et d’adresses précises !). Ces enquêteurs sont parfois confrontés à des personnes violentes et à des cas de maltraitance extrême, et je tiens à saluer leur courage et leur diligence ; les bénévoles qui gèrent les sites Internet : là encore, il y a parfois beaucoup d’agressivité, de méchanceté gratuite, et, surtout, beaucoup d’ignorance : nos bénévoles gèrent tout cela avec calme et bons sens et, là-aussi, je salue le travail accompli. Heureusement, il y a souvent de tels élans de cœur, de générosité et de solidarité qu’on en oublie les méchants ! la SPA Canche-Authie, c’est un microcosme d’hommes et de femmes qui unissent leurs efforts pour venir en aide à ces animaux abandonnés, méprisés, parfois maltraités, qui n’ont jamais demandé à être là ! et chacun, quoi qu’il fasse, apporte sa pierre à l’édifice. Merci et Bravo !

Cette semaine, je voudrais vous parler des chatons. Ça y est, avec les beaux jours, ils arrivent ! actuellement, une vingtaine de chatons sont à adopter au refuge de Saint-Aubin. La plupart sont en famille d’accueil, afin d’éviter qu’ils attrapent des maladies en collectivité. Mais les familles d’accueil nous les apportent « à la demande ». Ils ont entre 2 et 3 mois et ont tous été testés (FIV – FELV), vaccinés, identifiés par puce électronique. Chaque adoptant reçoit aussi un bon pour les faire stériliser chez l’un de nos 3 vétérinaires dès qu’ils en auront l’âge. Au refuge, il y a aussi deux petits chatons d’un mois, arrivés non sevrés et sans leur maman. Ils doivent leur survie à une brave chatte qui les a pris sous son aile et les allaite. Espérons que la chance sourira à ces chatons. Espérons aussi que de plus en plus de chats seront stérilisés et identifiés (obligatoire depuis le 1er janvier 2012 !)

Bien sûr, il y a des frais d’adoption, ils ne sont pas « à donner contre bons soins » ; il faut savoir qu’à la base un chat nous coûte 132,02 euros de frais vétérinaires, qui ne sont pas entièrement couverts par les frais d’adoption. Et puis, en adoptant un chaton, vous lui évitez de devenir un « chat de refuge » qui a encore moins de chance d’être adopté. Et, enfin, vous faites une bonne action !

Colette Verstraete